Qu’est-ce que le cuir écologique ?

La question n’est pas du tout anodine, car le cuir est un matériau qui suscite pas mal d’intérêt, et ce, depuis des années. Le cuir est un matériau qui est utilisé dans la confection de vêtements, de chaussures, de chapeaux, de sac, et de plusieurs autres accessoires. Le cuir industriel est très souvent travaillé. Nous sommes à l’ère du bio, et le cuir aussi, il en existe de biologiques, de végétaux, d’écologiques. Qu’est-ce que le cuir écologique ? C’est la question à laquelle nous allons répondre pour vous aider à savoir choisir vos habits et accessoires en cuir.

Le cuir, ce que c’est

Avant de parler de cuir, il faudrait savoir ce que sait que le cuir, dans sa généralité. Le cuir est tout simplement un matériau qui est préparé à base de la peau d’un animal. Généralement, c’est la peau de grands mammifères tels que les bœufs et les porcs, qui est utilisée pour fabriquer le cuir. La peau de ces animaux est traitée de façon industrielle, par les mégisseries et les tanneries. Le cuir a une facilité à résister à l’eau. En matière de cuir, il y a plusieurs types. Ces différents types de cuir sont selon la fabrication, l’aspect, et l’origine de la peau. Nous avons en effet dit que les cuirs sont préparés avec la peau du bœuf ou du porc. Mais plus généralement, ils sont préparés avec la peau de bovins, d’ovins, de caprins, d’équidés, de cervidés et de porcins. Il y a aussi des cuirs qui sont faits avec la peau des autruches, des reptiles, des pécaris, et encore des poissons à cartilage. Au nombre des variétés de cuir, il y a le cuir brut, le cuir bouilli, le cuir tanné, les maroquins, les cuirs vernis, le cuir corroyé, etc. Ce qui nous intéresse, c’est bien le cuir écologique. Qu’est-ce donc le cuir écologique ?

Le cuir écologique

Le cuit est un matériau de maroquinerie. Et en maroquinerie, quand on parle d’écologie, il se pose immédiatement le problème du sort des animaux. Par nature, le cuir est une matière, un matériau qui provient des animaux morts. C’est en fait une revalorisation de la peau d’un animal. Et cette revalorisation se fait dans les domaines de l’ameublement, de la confection, de la décoration, etc. le cuir écologique peut être assimilé au cuir le moins toxique qui puisse exister. Mettre ensemble ces deux mots à savoir « cuir » et « écologie » fait penser à la non-toxicité du cuir. Pour comprendre ce que c’est que le cuir écologique, il faudrait partir du procédé de fabrication du cuir. Mais par définition le cuir écologique est le cuir le moins toxique, et dont la fabrication n’a pas nécessité l’utilisation de produits chimiques.

Processus de fabrication du simple cuir

La préparation du cuir se résume en ces quelques points : l’action du sel, le travail de rivière, le tannage, le corroyage finissage, et la finition. Voyons de façon brève chacune de ces étapes.

  • L’action du sel : lorsqu’on retire fraîchement la peau de l’animal, celle-ci est salée afin que l’eau soit éliminée des tissus, et freinée le développement des micro-organismes, et ainsi la dégradation causée par ceux-ci. Le sel utilisé est un sel grossier, mis à une température d’environ 10 degrés Celsius, afin d’améliorer la conservation des peaux. Les peaux sont en général déjà dessalées après 15 jours.

  • Le travail de rivière : cette étape est très importante, et elle se résume en plusieurs opérations. La peau est d’abord humidifiée dans le but d’enlever les impuretés. Cette opération est appelée le trempage. Ensuite, elle est pelanée. C’est-à-dire qu’elle subit un retrait des poils. Cette opération est essentiellement chimique. Puis on retire le tissu sous-cutané mécaniquement (écharnage). Le confitage vient après. Cette opération, c’est pour éliminer les résidus de tissu sous-cutané. Enfin vient le picklage, opération pendant laquelle la peau est putrescible, préparée pour l’étape suivante.

  • Le tannage :c’est une opération qui permet de transformer la peau en cuir, grâce aux tanins, qui sont des substances de plusieurs natures à savoir végétales, organiques ou minérales.

  • Le corroyage finissage : avant cette étape, le cuir est déjà obtenu. Ce cuir obtenu subit des traitements qui sont importants pour sa commercialisation. Il y a l’essorage qui permet de retirer l’eau qui est en résidu. L’épaisseur du cuir est réglée par le dérayage et il est étiré par la mise au vent. Le corroyage permet de corriger les défauts causés par les plis.

  • La finition : c’est la dernière étape de la fabrication du cuir. Il acquiert sa texture et son aspect. Toutes les propriétés spécifiques sont acquises à cette étape.

Le cuir écologique dans sa quintessence

Nous avons décrit les différentes étapes de la conception du cuir. Chaque étape a son importance. Et dans le processus de tannage, l’utilisation de tanins est pratiquement répandue. Le tanin est une substance organique qu’on retrouve dans presque tous les végétaux. On les a dans la sève, dans les écorces, dans les feuilles, dans chaque partie du végétal. Les tanins permettent de protéger contre les parasites. Mais il faut dire que chaque tanin a ses propriétés chimiques particulières. Pour des résultats bien précis, on a souvent recours à des végétaux plutôt qu’à d’autres. Les végétaux qu’on utilise le plus souvent pour un cuir plus élaboré sont entre autres le chêne, le mimosa, l’acacia, le quebracho, la rhubarbe. Le cuir végétal au final, est celui qui est obtenu grâce au tannage intensif. Le cuir végétal est celui qui a subi très peu de traitement chimique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *